in

Trois greffes de rein vivant « croisées » entre Padoue, Barcelone et Bilbao

(Adnkronos) – Une chaîne internationale de dons et de greffes de reins vivants a été créée pour la première fois, impliquant trois villes différentes. Le 20 juin, le Centre national de transplantation (Cnt) pour l’Italie et l’Organizacion nacional de transplantations pour l’Espagne ont coordonné l’exécution de trois prélèvements sanguins et de trois transplantations dans les hôpitaux de Padoue, Barcelone et Bilbao en l’espace de 18 heures en croisant trois paires donneurs et receveurs incompatibles d’un point de vue immunologique. Il s’agit du quatrième échange  » croisé  » de reins entre l’Italie et l’Espagne (le premier a été réalisé en août 2018) mais dans tous les cas précédents, seuls deux couples avaient été impliqués à la fois, un pour chaque pays.

La chaîne d’interventions – détaille une note du CNT – est partie de l’Italie. Le 20 juin à 8h30 à l’hôpital universitaire de Padoue, le professeur Lucrezia Furian a commencé le premier prélèvement de rein d’une donneuse volontaire de 56 ans, épouse d’un patient de 61 ans très difficilement transplantable, hyperimmunisé et ayant besoin d’un nouveau rein pour la troisième fois. À la fin de l’opération, l’orgue a été immédiatement transporté à l’aéroport de Milan-Linate avec la coordination du Centre régional de transplantation de Vénétie, dirigé par Giuseppe Feltrin, et grâce au soutien de la police de la circulation et du service 118 de l’entreprise padouane. Le rein a décollé à 13h sur un vol médical dédié et est arrivé à l’aéroport de Barcelone à 14h30. Le premier échange a eu lieu à l’aéroport de Catalogne : l’organe du donneur italien a été pris en charge par les agents de santé de la clinique hospitalière pour effectuer la première greffe, tandis qu’un deuxième rein a été amené à bord de l’avion, prélevé vers 12 heures de un donateur espagnol.

Lire aussi:  Été : voyager avec bébé, guide pratique du néonatologiste pour des vacances en toute sécurité

L’avion est parti pour Bilbao, où le prochain échange a eu lieu à 16h30 : le rein du donneur à Barcelone a été transporté à l’hôpital universitaire de Cruces pour la deuxième greffe et un troisième rein, prélevé à l’hôpital basque, a été embarqué à destination de Milan. Le transport aérien s’est terminé à 18h30 à Linate, d’où le dernier organe a été immédiatement transporté à Padoue par la police de la circulation : à 20h30, la troisième greffe a commencé sur le patient italien, réalisée par Paolo Rigotti, directeur du centre local de greffe de rein et de pancréas. L’intervention s’est terminée après 2 heures du matin, au terme d’un marathon d’une longueur totale de 2 713 kilomètres. Deux semaines après les opérations, les receveurs et les donneurs sont en excellent état et les greffes peuvent être considérées comme réussies.

Le triple don croisé – la note du NTC se réfère à nouveau – a été réalisé grâce à l’Alliance du Sud pour la Transplantation (Sat), un accord international impliquant l’Italie, l’Espagne, la France et le Portugal pour identifier des programmes de coopération communs dans le but de donner plus de chances de recevoir un organe surtout pour les patients difficiles à transplanter.

« Une chaîne internationale de ce type nécessite un énorme engagement d’abord d’évaluation clinique puis de planification organisationnelle, pour synchroniser parfaitement le travail de toutes les équipes et des centaines d’opérateurs et mener à bien les interventions dans les plus brefs délais à l’avantage d’un type de patient qui, autrement, aurait très peu de chance de trouver un organe compatible », explique Massimo Cardillo, directeur du Centre national de transplantation. « C’est donc un événement exceptionnel, mais il s’inscrit dans l’effort plus large que nous mettons en place pour promouvoir le don de rein vivant, qui dans la grande majorité des cas peut avoir lieu directement entre couples apparentés. En Italie, nous en faisons encore trop peu (en 2022, il y en avait 335, soit un peu plus de 16 % du nombre total de greffes de rein) et nous avons encore plus de 6 000 personnes sur liste d’attente ».

Lire aussi:  Baldini : « Aidons à créer les chercheurs de demain »

Pour Cardillo, il est essentiel de rassurer les patients et les membres de la famille : « Le don vivant est une procédure largement éprouvée, il comporte des risques très faibles pour le donneur alors que les greffes de ce type obtiennent des résultats très positifs en moyenne. Encourager ce type d’activité est l’un des meilleurs moyens que nous ayons pour pouvoir donner une chance à des milliers de personnes obligées d’attendre longtemps sous dialyse ».