in

Sondage Altroconsumo, promotion des crèmes solaires Spf 30 et 50+

(Adnkronos) – L’arrivée de l’été et des journées ensoleillées intensifient les possibilités d’exposition au soleil, dont les rayons peuvent être très nocifs, en l’absence d’une barrière protectrice adéquate. La crème solaire est donc un allié fondamental pour s’allonger au soleil en toute sécurité et les produits testés par Altroconsumo protègent ce qu’ils promettent. Pour aider à choisir des crèmes solaires avec le bon facteur de protection (Spf), adapté à son phototype, c’est-à-dire à son type de peau, l’organisation de consommateurs a de nouveau analysé cette année les crèmes Spf 30 et 50+, comprenant à la fois les produits sortis cette année et les produits testés dans les années précédentes. années encore sur le marché.

Les données issues du test sont encourageantes – note Altroconsumo – presque tous les produits ont été promus : ils sont en effet efficaces et garantissent la protection promise. Le paramètre qui pèse le plus dans l’évaluation des crèmes solaires est la protection : si une crème solaire n’atteint pas le niveau de protection indiqué, elle est pénalisée dans le jugement global de qualité et donc déconseillée. Pour faire cette évaluation, l’Organisation a appliqué une nouvelle méthode d’analyse (Hybrid Diffuse Reflectance Spectroscopy) plus éthique que la méthode standard ISO : cette méthode irradie très peu la peau des volontaires et ne cause pas de dommages. Pas de mauvaises surprises de ce côté avec les nouveautés testées cette année.

Un autre aspect fondamental du test concerne la sécurité des ingrédients des crèmes solaires. Le test a vérifié qu’il n’y a pas d’ingrédients dans les formulations qui peuvent être nocifs pour la santé, même s’ils sont autorisés. Du côté positif, de nombreux ingrédients dangereux – tels que l’homosalate d’écrans solaires, l’octocrylène et le méthoxycinnamate d’éthylhexyle – n’apparaissent plus dans les formulations. Le test a également évalué l’impact environnemental général de ces produits, pénalisant non seulement ceux contenant des filtres solaires toxiques pour l’écosystème marin, mais également ceux contenant des ingrédients inutiles qui pourraient être remplacés par des substances plus durables.

Lire aussi:  Novo Nordisk, au-delà du diabète 100 ans après la première insuline

Les résultats de l’enquête – dont les résultats peuvent être consultés en détail sur le lien https://www.altroconsumo.it/salute/creme-solari) – montrent qu’il y a eu un certain changement dans la direction de la durabilité environnementale, à la fois cela concerne les emballages, avec de plus en plus de flacons en plastique recyclé, tant dans les formulations où il y a de moins en moins d’ingrédients qui libèrent des microplastiques, d’infimes particules de plastique nocives pour l’environnement et qui, ingérées par la faune marine, retournent dans la chaîne alimentaire jusqu’à nos plats, commente Altroconsumo .

Pour profiter du soleil en toute sécurité cependant – prévient l’organisation – il ne suffit pas de choisir la bonne crème, il faut bien l’utiliser, puis l’étaler abondamment et souvent, toujours après la baignade car même celle qui résiste à l’eau ‘ protège précisément dans l’eau, mais une fois de retour sur la plage, il faut en remettre. En effet, aucune crème ne filtre à 100% les rayons UV et, dans tous les cas, être trop exposé au soleil peut endommager la peau – rappelez-vous la note – provoquant des éruptions cutanées et augmentant le risque de tumeurs cutanées, comme le mélanome.