in

Selon l’étude, les enfants maltraités vieillissent plus tôt

(Adnkronos) – Les enfants victimes d’abus sont destinés à vieillir plus tôt. La violence ne laisse pas seulement des traces telles que contusions, écorchures et peurs profondes, mais vient conditionner l’expression de l’ADN et la santé future. Ceci est confirmé par une étude, récemment publiée dans le ‘British Journal of Psychiatry’, qui rapporte les résultats d’une analyse rétrospective, la plus vaste jamais réalisée, menée par l’Université de Glasgow et l’Université de Hong Kong, sur un échantillon de 141 748 personnes, âgées de 37 à 73 ans, inscrites dans une biobanque au Royaume-Uni.

Les chercheurs ont demandé aux participants de répondre s’ils avaient été maltraités dans leur enfance, le type et la fréquence des épisodes, puis les ont soumis à un test sur la longueur des télomères, des noyaux protéiques placés comme des « coiffes » protectrices aux extrémités des chromosomes. Ces parties de l’ADN rétrécissent avec l’âge et aussi en raison d’un stress extrême et pour cette raison, elles sont considérées comme des indicateurs du vieillissement biologique. Les résultats de l’étude ont montré que les adultes exposés dans leur enfance à trois types d’abus ou plus – physiques, sexuels et émotionnels – avaient des longueurs de télomères plus courtes que ceux qui n’avaient subi aucun abus ou un seul épisode. La réduction était plus importante dans les cas qui avaient subi une combinaison d’abus physiques et sexuels.

« Aujourd’hui, on parle des conséquences de la maltraitance des enfants non seulement en termes de dommages psychiques et d’un risque accru de perpétrer les mêmes abus subis enfant que adulte, mais aussi de véritables altérations organiques qui vont jusqu’à conditionner les expressions de l’ADN », souligne Pietro Ferrara, personne de contact nationale de la Société italienne de pédiatrie (Sip) pour les abus et la maltraitance et professeur de pédiatrie au Campus Bio-Medico de l’Université de Rome. « Comme le démontre l’étude anglaise – commente-t-il – les mineurs maltraités deviendront des adultes qui non seulement vivront moins bien, mais vieilliront plus tôt parce que le stress et les changements biochimiques, déclenchés par la violence subie, déterminent une érosion des télomères, influençant les conditions de santé à l’âge adulte ».

Lire aussi:  Berardi (UnipM) : "Avec le réseau mondial One Healthon, nous sommes plus proches des patients"

Pas seulement. « Certaines études récentes nous disent même que le stress continu et répété des filles victimes d’abus sexuels multiples peut entraîner une incidence plus élevée de cancer à l’âge adulte, avec un risque deux fois plus élevé », souligne Ferrara, sur la base d’une recherche publiée par le récent sur « BioMed Central Cancer », menée par l’Agence de la santé publique du Canada auprès de 21 915 personnes (9 783 hommes et 12 132 femmes). Les résultats montrent que 9,6 % étaient des femmes diagnostiquées avec un cancer, tandis que 6 % étaient des hommes, mais ces pourcentages montaient à 18,4 % chez les femmes victimes d’épisodes fréquents de violence physique, alors qu’ils augmentaient légèrement à 6,4 %. même histoire d’abus.

Pour intercepter et gérer correctement la maltraitance des enfants, en l’empêchant de laisser des séquelles aussi lourdes, Menarini relance « Facing Abuse 2.0. Emersion et communication dans la maltraitance des enfants et des adolescents », le projet de cours de formation, créé sous le patronage de la Société italienne de pédiatrie (Sip) et de la Fédération italienne des pédiatres (Fimp), destiné spécifiquement aux pédiatres. Sur la base du dernier rapport sur les mineurs victimes d’abus de la Direction centrale de la police criminelle, qui a analysé les données de 2021 et du premier semestre 2022, en les comparant à 2020, les cas d’abus de mineurs dans les écoles ont augmenté de 54 %. Les violences sexuelles progressent également, +19%.

« Dans ce contexte, notre initiative – explique Ferrara, coordinatrice du cours – revêt une importance significative, orientée vers la protection de la santé publique, car grâce à la diffusion et à la formation de connaissances sur les problèmes d’abus et de maltraitance, nous entendons atteindre un objectif ambitieux de prévenir à la fois la récurrence de la violence et des maladies qui peuvent le plus affecter les victimes une fois devenues adultes ». Après la réunion inaugurale qui vient de s’achever à Milan, l’initiative se poursuivra jusqu’à la mi-décembre dans 9 autres villes : Rome, Ascoli, Foggia, Milan, Naples, Palerme, Pise, Turin et Trieste.

Lire aussi:  Médecine, neurologues : « Anticorps anti-Alzheimer ? Prêt à relever le défi”

En 2022, les crimes contre les enfants en Italie ont globalement diminué de 10 %, passant de 19 431 à 17 475. En 2021, le nombre total de maltraitances d’enfants avait augmenté de 5% par rapport à 2020, année des restrictions dues à la pandémie.

Les cas de ‘tortion sexuelle’ ont doublé entre 2020 et 2021, c’est-à-dire du chantage sexuel pour extorquer de l’argent sur le web à des mineurs. Le toilettage en ligne a également augmenté de 33 % en 2021 par rapport à l’année précédente. La tranche d’âge la plus touchée est celle des moins de 14 ans et les victimes sont majoritairement des femmes. Parmi les délinquants, les hommes âgés de 35 à 64 ans prédominent.