in

Santini (Aifa), « l’accès aux médicaments innovants est un défi pour le NHS »

(Adnkronos) – « L’accès aux médicaments innovants représente l’un des défis les plus complexes pour le NHS, qui peut être surmonté à condition de trouver un équilibre entre la garantie des droits des patients et la pérennité économique de la santé publique ». Ainsi Claudia Santini de l’Aifa en marge de la conférence « Progrès de la recherche et lacunes dans l’assistance aux ECM » promue aujourd’hui à Rome (Palazzo Rospigliosi) par la Fédération des associations d’hémophiles – Fedemo à l’occasion de la XIX Journée mondiale de l’hémophilie.

« Cependant, permettre l’accès à des médicaments innovants, face à un engagement de dépenses plus important qui nécessite une couverture immédiate – poursuit Santini – pourrait, à terme, avoir des effets vertueux en termes de réduction des coûts directs de traitement et d’autres postes de dépenses connexes, tels que les coûts indirects. et les coûts sociaux. Comme dans le cas des thérapies géniques où la pertinence du prix demandé est associée au caractère unique (une seule administration) de la plupart des thérapies, avec pour conséquence des coûts et des bénéfices très importants à court terme (et évités coûts) à long terme, si le patient répond lui-même aux thérapies ». Un premier outil « efficace » de durabilité économique – rappelle Santini – est représenté par la création de Fonds : à partir de la loi de finances 2015, le financement des médicaments innovants repose sur la constitution de fonds affectés, pour l’achat de médicaments innovants, qui représentent une part des ressources totales allouées aux soins de santé ».

Et Santini n’a aucun doute sur la présence de patients au sein de l’Aifa et de l’Ema pour évaluer l’accès à ces nouvelles thérapies : « Les patients peuvent contribuer à rendre toutes les phases du développement d’un nouveau médicament et d’une nouvelle procédure thérapeutique plus efficaces ; ils peuvent aussi apporter une contribution décisive issue du dialogue avec les institutions de santé. Ils sont impliqués dans de nombreuses activités allant de l’examen des informations préparées par l’EMA sur les médicaments, la préparation de lignes directrices, la participation à des groupes consultatifs scientifiques et le rôle de membre dans des comités scientifiques », conclut-il.

Lire aussi:  Mozzarella : tout savoir sur la reine des fromages frais