in

Rezza, « essentiel pour protéger les patients contre le zona, la grippe et le pneumocoque »

(Adnkronos) – « On l’a aussi appris pendant le Covid : il ne suffit pas de couvrir les personnes âgées, il faut aussi assurer le vaccin pour les moins de 60 ans, mais avec des pathologies de nature à compromettre le système immunitaire. Les personnes dites fragiles ou vulnérables. Il faut leur proposer les mêmes vaccins que ceux proposés aux personnes âgées, comme le vaccin contre la grippe tout d’abord, mais aussi le vaccin contre le zona ». C’est ce qu’a déclaré Giovanni Rezza, ancien directeur général de la prévention sanitaire au ministère de la Santé, en marge de ‘Frames – Focus on Herpes zoster’, promu par GSK et en cours à Rome.

« Jusqu’à il y a quelques années, on pensait avant tout que le calendrier de vaccination devait être destiné à l’enfance – rappelle Rezza – Grâce à certaines sociétés scientifiques, le soi-disant Calendrier pour la vie a été lancé, repris par le ministère de la Santé dans le National Vaccine Prévention du Plan 2017-2019, un plan qui met en avant la nécessité de couvrir également les autres étapes de la vie, donc les vaccinations des adultes et surtout celles des personnes âgées. En ce qui concerne les vaccinations des personnes âgées – poursuit l’expert – la priorité doit être donnée à la « triade maudite » composée de la grippe, la pneumonie ou pneumococcie systémique et l’herpès zoster. Les conséquences de ces maladies touchent principalement les personnes âgées et peuvent être prévenues grâce aux vaccinations proposées gratuitement, faisant partie intégrante des recommandations formulées dans les plans nationaux ».

Lire aussi:  Recherche : un « patch » biologique pour le cœur endommagé, étude italienne

La vaccination devient donc essentielle pour prévenir la maladie et les complications les plus graves qui pourraient avoir un impact sur la thérapie et des retards éventuels dans le traitement de la tumeur, comme indiqué dans les récentes recommandations de l’Association italienne d’oncologie médicale (Aiom) sur l’anti -La vaccination contre le zona et comme le souligne également Rezza. « Pensons – répète-t-il – ne serait-ce qu’aux conséquences du zona chez les patients cancéreux, chez les patients cancéreux-hématologiques, en particulier. Nous avons des vaccins efficaces et sûrs dans ce sens et donc – conclut-il – il est important de les utiliser ».