in

Polyclinique Gemelli, fini les larmes avec la réalité virtuelle aux urgences pour enfants

(Adcronos) –
Réalité virtuelle immersive antidote aux larmes des enfants aux urgences. L’expérience de la Polyclinique Gemelli à Rome est positive : « « Administrer » la réalité virtuelle à un enfant sous forme de jeux ou d’histoires interactives, lors d’un traitement ou d’une procédure invasive, aide à réduire la sensation de douleur et la réaction d’anxiété qui les accompagnent. « . Les pédiatres des urgences pédiatriques de l’Irccs dans la capitale le constatent : « En faisant porter à de jeunes patients un visualiseur de réalité virtuelle – explique Gemini -, il est possible de retirer des échardes d’une petite main imprudente ou de faire des points de suture sans que l’enfant se sente douleur ou stress lui-même au-delà de toute mesure (et avec lui les parents), hurlant à tue-tête ».

« L’anxiété des enfants aux urgences peut être causée par de nombreux facteurs, y compris la douleur et la peur de la procédure, et se manifeste souvent par des pleurs, de l’agressivité ou le refus de faire les visites et procédures diagnostiques ou thérapeutiques nécessaires », décrit-elle David Korn, premier- directeur médical de niveau de l’urgence pédiatrique et responsable des projets de santé numérique pour la santé de la femme et de l’enfant à la Fondation CHU Agostino Gemelli Irccs. « Ces comportements peuvent être difficiles à gérer – dit-il – tant pour les parents que pour le personnel de santé. Le personnel médical et soignant a l’habitude de faire face à de telles situations, mais aujourd’hui, grâce à l’utilisation de techniques innovantes comme la réalité virtuelle, il est possible de réduire le stress et l’anxiété des jeunes patients le temps nécessaire, par le jeu ».

Lire aussi:  Lubrano (Monsieur), '60% des patients rhumatismaux ont besoin d'assistance chaque jour'

Distraire l’enfant de ce que fait le médecin, l’immerger dans la réalité virtuelle d’un jeu, son dessin animé ou son jeu vidéo préféré, permet de contenir l’anxiété de l’enfant et d’élever son seuil de douleur. « Nous avons observé – rapporte Korn – que les enfants lors d’une intervention, par exemple l’ablation d’un corps étranger, des points de suture, des prélèvements veineux et artériels, ne retirent pas leur main à cause de la douleur. Il n’est donc pas nécessaire de les garder bloqués, car avec le spectateur allumé, ils sont complètement distraits et calmes. Les parents à leur tour s’apaisent et contribuent à ne pas alimenter un climat d’anxiété. Et les avantages s’étendent également aux médecins et aux infirmières, car un environnement calme réduit considérablement leur épuisement ».

Antonio Chiaretti, directeur du service des urgences pédiatriques de Gemelli et professeur de pédiatrie à l’Université catholique, campus de Rome, détaille : « Nous utilisons, en collaboration avec le Dr Cyril Sahyoun (Urgences Pédiatriques – Hôpitaux Universitaires de Genève, Suisse), la réalité virtuelle complètement immersif, grâce à une visionneuse offerte par l’asbl Lollo 10 qui opère activement au sein de notre polyclinique. En pratique, lors de la réalisation d’un acte douloureux, on fait porter à l’enfant un casque capable de créer une expérience immersive et interactive, créant des environnements rassurants et des situations qui le distraient de l’environnement qui l’entoure. Cette expérimentation nous permet de réaliser toute une série d’interventions douloureuses (sutures de plaies, réduction de fractures, prélèvement de corps étrangers ou de prélèvements) et invasives (examens radiographiques et spécialisés) chez les enfants qui accèdent à nos urgences, sans recourir à l’utilisation de des médicaments ou des sédatifs pour les calmer ».

Lire aussi:  En juillet, les médecins et opérateurs du Sis 118 manifestent : "Nous ne sommes pas des fantômes"

«Cette méthode offre de nombreux avantages, tant en termes de stress parental et personnel – souligne Chiaretti – qu’en termes d’économie de temps et de ressources, réduisant considérablement le temps nécessaire à la permanence et à l’exécution de ces procédures. Les premiers résultats sont vraiment surprenants car lorsque les enfants commencent à jouer et à interagir avec le spectateur, ils sont complètement déconnectés du monde extérieur. Cela leur permet également de supprimer l’expérience traumatisante associée au séjour aux urgences et aux travailleurs de la santé de travailler sans aucun type de stress ».

La réalité virtuelle – rappelle la note – consiste en un environnement artificiel vécu par l’enfant à travers des stimuli sensoriels (tels que des images et des sons) fournis par un ordinateur et dans lequel ses propres actions et mouvements déterminent, en partie, ce qui se passe dans l’environnement environnement. Il peut être classé, en fonction du niveau d’isolement du monde réel, comme non immersif (sur ordinateur ou tablette), semi-immersif (lors de l’utilisation d’un grand écran 3D) ou entièrement immersif (lors de l’utilisation d’un ordinateur de bureau visualiseur qui permet de multiples interactions à travers de multiples canaux sensoriels). Ainsi, la réalité virtuelle crée des environnements illusoires dans lesquels le sens des actions est défini par des contingences et des stimuli neurosensoriels. Une interaction active des patients avec le monde virtuel est nécessaire pour une immersion totale ; cela amène l’enfant à se détacher temporairement du monde réel. Cesse de pleurer.