in

Montemurro (Sic) : « Pour les invétérés, les produits sans combustion sont le moindre mal »

(Adnkronos) – « Nous fumons pour la nicotine et nous mourons des produits de combustion cancérigènes. Fumer c’est mal, il faut l’éviter, mais pour ceux qui n’arrivent pas à s’arrêter, le moindre mal pourrait être le passage à des produits sans combustion. La production de substances nocives est réduite de 90 %. Soyons clairs, « le risque zéro n’existe pas, même avec ces produits. Vous devez arrêter de fumer, mais vous devez également être pratique. La réduction du risque est un résultat important chez les gros fumeurs, qui ne sont pas peu nombreux, si l’on considère que, par exemple, environ la moitié des personnes atteintes d’un cancer du poumon continuent de fumer un an après le diagnostic ». Il l’explique à Adnkronos Salute
Vincenzo Montemurro, cardiologue, secrétaire général de la Fondation italienne du cœur de la Sic (Société italienne de cardiologie) et chef du service de cardiologie de la maison de santé « Scillesi d’America » ​​à Scilla, dans la province de Reggio Calabria.

« Nous devons être réalistes – dit Montemurro – Fumer est mauvais et cela ne fait aucun doute. Chaque médecin doit s’en souvenir et l’expliquer, mais en 2018, l’American College of Cardiology a publié une prise de position dans laquelle, face à l’évidence de l’échec des tentatives d’arrêt du tabac chez un pourcentage important de fumeurs, il note que chez les gros fumeurs une réduction des facteurs de risque est un objectif à considérer. Les établissements doivent prendre acte de cette réalité et prendre des décisions de bon sens », souligne le cardiologue. « Il n’y a pas de risque zéro, la nicotine reste – précise-t-il – mais elle n’est pas cancérigène et réduire de 90% les dégâts des substances toxiques est un résultat important dans cette population ».

Lire aussi:  L'allergologue, puces de mer très gênantes mais peu de risques

« L’habitude de fumer est liée à la dépendance à la nicotine – rappelle Montemurro – mais les dommages sont dus aux produits de la combustion : métaux et hydrocarbures polycliniques et aromatiques classés comme substances cancérigènes. La combustion produit au moins 4 000 substances nocives. Il y a l’acétone qui est un solvant, le méthanol et le pyrène qui sont des cancérigènes connus, les boules antimites, le cadmium, le chlorure de vinyle, le monoxyde de carbone, le polonium, le DDT : toutes les substances nocives produites par la combustion. Parmi les substances cancérigènes – poursuit l’expert – le lien entre le benzopyrène et le cancer de la peau et du poumon est connu. Il est prouvé que le 4-aminobiphényle est à l’origine du cancer de la vessie, le polonium dégage des rayonnements alpha dans les alvéoles qui modifient l’ADN des cellules de la muqueuse bronchique ». Montemurro observe : « Le trafic s’arrête dans les villes lorsque le Pm10 dépasse 50 microgrammes par mètre cube d’air. Une cigarette produit 400 microgrammes par mètre cube et, dans un environnement comme une voiture, la concentration varie de 700 à 1 200 microgrammes ».

Le fumeur qui a l’habitude de fumer des cigarettes « absorbe continuellement et constamment la nicotine qui crée une dépendance – explique le cardiologue – Elle est absorbée en 10-15 secondes, atteint le noyau accumbens du cerveau, où se trouvent les récepteurs nicotiniques, et de là la synthèse de dopamine est activé ce qui procure bien-être, euphorie et addiction. Ceux qui arrêtent de fumer des cigarettes deviennent nerveux, déprimés, tristes, ont des malaises physiques et psychologiques parce qu’ils manquent de nicotine ». Après tout, « dans les produits sans combustion, il y a de la nicotine, qui crée une dépendance, mais les substances cancérigènes chutent de 90 % car le système bloque la température à 350 degrés, évitant ainsi la combustion et les mêmes niveaux ne sont pas formés de substances dangereuses. Bien sûr, le risque zéro n’existe pas avec ces produits – rappelle Montemurro – mais la réduction drastique des substances produites par la combustion rend leur utilisation rationnelle chez les personnes qui ne peuvent pas s’arrêter. Le moins de dégâts est choisi.

Lire aussi:  Alimenti, Gemmato : « Vers la réouverture du marché japonais du porc italien »

L’épidémie de tabagisme est une menace et un défi pour les systèmes de santé. « Malgré toutes les interventions, en fait, ça augmente – souligne le spécialiste – L’Organisation mondiale de la santé visait à amener le pourcentage de fumeurs à 19% d’ici 2025, mais nous sommes autour de 24-25% et 50% des fumeurs meurent en moyenne 14 ans plus tôt que les non-fumeurs. Ce sont des données statistiques très importantes et conformes à ce qui est enregistré en Italie. L’Institut supérieur de la santé rapportait il y a quelques semaines que, si en mai 2021 23,7 % de la population fumait, en 2023 la valeur est passée à 24,6 %, malgré les campagnes anti-tabac et les mesures en place. De plus, seulement 30 à 33 % commencent à arrêter de fumer et seulement 9 % le font de façon permanente. Ce qui frappe, ce sont les 90 000 décès liés à la fumée par an : ils sont 246 par jour, 10 par heure. C’est comme si un avion s’écrasait tous les jours : comment éviter ces morts ? », s’interroge l’expert. « Je dis à tout le monde d’arrêter, mais quand je constate qu’au bout d’un an, 50% des personnes diagnostiquées d’un cancer du poumon et 70% de celles qui ont fait un AVC continuent de fumer, il faut penser au moindre mal ».

Alors que certains pays comme l’Angleterre et la Nouvelle-Zélande obtiennent les meilleurs résultats au monde en matière de lutte contre le tabagisme grâce au principe de réduction des risques et à l’utilisation de nouveaux produits sans combustion comme stratégie d’accompagnement des gros fumeurs, l’OMS tend à assimiler les nouveaux produits et cigarettes traditionnelles. « En Italie, il y a un vide législatif – réfléchit Montemurro – après tout, les soins de santé sont une affaire régionale. Mais l’Etat devrait donner des adresses. Je sais que le ministre de la Santé, Orazio Schillaci, travaille à donner des indications pour combler ce vide réglementaire ».

Lire aussi:  Cristina Acidini : "L'art est pour tout le monde"