in

Médicaments, dans les Abruzzes, ils préfèrent les médicaments de marque, en 2022 27 millions d’euros dépensés

(Adnkronos) – Les citoyens des Abruzzes préfèrent les médicaments de marque aux médicaments équivalents, pour lesquels en 2022 ils ont dépensé plus de 27 millions d’euros en co-paiement pour des thérapies avec des médicaments de marque expirés. C’est ce qui est apparu à l’occasion de l’événement « Le rôle social de la drogue équivalente – appel à l’action », promu aujourd’hui à Teramo par Motore Sanità.

Les Régions du Sud « présentent, en 2022, des valeurs pour la part du prix de référence dépassant 21 euros par habitant, contre une moyenne nationale de 18,40 euros par habitant » souligne Carla Sorrentino, responsable de l’office de surveillance des dépenses de médicaments et de soins médicaux dans la région des Abruzzes, selon laquelle notamment, dans les Abruzzes « le montant de la différence entre le prix de vente au détail et le prix de référence AIFA payé par les patients des Abruzzes était de 27,4 millions d’euros » pour un « montant d’environ 75 000 euros par jour et un valeur moyenne sur chaque client de 21,50 euros, contre une moyenne nationale de 18,38 euros ».

Cet aspect, s’il n’impacte pas directement les dépenses pharmaceutiques prévues par l’accord à la charge de la SSR (les médicaments brevetés périmés inscrits sur les listes de transparence de l’Aifa sont remboursés dans la limite du prix de référence établi par l’Aifa elle-même), « représente une critique paradoxale élément – explique-t-il – considérant que les Abruzzes sont une région caractérisée par un indice de pauvreté sociale supérieur à la moyenne nationale, sur la base duquel, précisément pour ne pas aggraver les dépenses des citoyens, l’utilisation la plus large de médicaments équivalents, ou plutôt de médicaments avec des prix en ligne avec le prix de référence Aifa ».

Lire aussi:  Piovella (Soi) : "Listes d'attente stabilisées pour la cataracte"

« Les citoyens de Teramo ont engagé une dépense d’environ 6,8 millions d’euros (une augmentation par rapport à l’année précédente), pour acheter les soi-disant médicaments de marque – explique Ilaria Senesi, pharmacien directeur de l’autorité sanitaire locale Teramo – Cette dépense, nettement plus élevée que celui supporté par les citoyens des régions du nord et donc des régions à revenu par habitant plus élevé que les régions du sud, pourrait être réduit avec une information correcte et adéquate sur les médicaments génériques. Le coût supporté par les citoyens pour ne pas choisir le médicament équivalent pourrait également entraîner une diminution de l’adhésion aux traitements pharmacologiques des maladies chroniques, comme l’ont observé des études scientifiques récentes ».

Depuis « plusieurs années, afin de diffuser la culture de l’équivalent – ​​rappelle Senesi – l’Asl de Teramo organise des rencontres de médecins généralistes montrant l’évolution et la pénétration des équivalents sur le territoire ; par ailleurs, l’importance d’utiliser des médicaments génériques est soulignée dans les communications périodiques envoyées par le Service Pharmaceutique, fournissant des informations et des indications, par exemple sur de nouveaux conditionnements plus avantageux économiquement pour la Ssr. Afin de combler le fossé culturel, il est nécessaire que toutes les parties prenantes mettent en œuvre une stratégie commune, afin d’améliorer la communication et l’information des citoyens à tous les niveaux ».