in

Médecine, le lundi est le jour des crises cardiaques mortelles, +13%

(Adnkronos) – Les crises cardiaques graves et mortelles sont plus fréquentes le lundi. En début de semaine, en effet, « le risque de subir une crise cardiaque mortelle est 13% plus élevé que prévu ». Ceci est démontré par une récente recherche irlandaise. L’étude a été menée par des médecins du Belfast Health and Social Care Trust et du Royal College of Surgeons en Irlande, et vient d’être présentée par la British Cardiovascular Society (BCS). Les médecins ont analysé les données de 10 528 patients hospitalisés entre 2013 et 2018 pour le type de crise cardiaque le plus grave : un infarctus du myocarde avec élévation du segment St (Stemi), qui survient lorsqu’une artère coronaire principale est complètement bloquée.

« Les chercheurs ont trouvé un pic dans les crises cardiaques de Stemi au début de la semaine de travail, avec une plus grande incidence le lundi – commente Giovanni Esposito, professeur de cardiologie à l’Université Federico II de Naples et président national de Gise, la Société italienne d’interventionnelle Cardiologie – Un chiffre que l’on retrouve cependant aussi en Italie. Dans des études antérieures, il a été montré que le rythme circadien, qui régule le cycle du sommeil et de l’éveil, jouerait un rôle déterminant. En effet, trois facteurs de risque cardiovasculaire importants étroitement liés au rythme circadien tendent à être associés en début de semaine : le manque de sommeil, les horaires « déséquilibrés » et le stress du début de semaine. C’est une sorte de décalage horaire social, qui augmente le risque d’infarctus chez les sujets les plus vulnérables ».

Lire aussi:  Le 8 mai à Rome 'Race for the cure', prévention et solidarité contre le cancer du sein

En bref, le lundi, il est facile pour les horloges biologiques dites périphériques présentes dans presque tous les organes de « se casser », y compris le cœur. Le mode de vie du week-end, fréquent non seulement chez les plus jeunes, peut également entraîner une augmentation de la tension artérielle ou du sucre et des lipides. « Réduire ce risque n’est pas si difficile – ajoute Esposito – en respectant les bonnes règles de la vie quotidienne, de l’alimentation et de l’activité physique, en prenant les bonnes thérapies aux moments appropriés, et peut-être en commençant la journée et la semaine sereinement, en essayant au moins de réduire le stress ».

Une augmentation des crises cardiaques potentiellement mortelles rend essentiel que la recherche continue de faire la lumière sur comment et pourquoi ce phénomène se produit. « Cette étude – conclut le président Gise – s’ajoute aux preuves déjà nombreuses sur le moment des crises cardiaques particulièrement graves, mais nous devons maintenant mieux comprendre quels facteurs rendent certains jours de la semaine plus à risque. Cela pourrait aider les cliniciens à mettre en œuvre des stratégies et des approches d’intervention qui peuvent sauver plus de vies à l’avenir. »