in

Lupus, Iaccarino (UniPd): « Les produits biologiques réduisent les dommages aux organes et aux articulations »

(Adnkronos) – « Le lupus érythémateux disséminé (LES) est une maladie rhumatismale auto-immune, cela signifie que le système immunitaire agit non seulement contre les agents externes, tels que les bactéries et les virus, mais aussi contre les organes et les systèmes de l’organisme lui-même. Il peut donc attaquer n’importe quel organe et appareil, et les plus fréquemment touchés sont les articulations, la peau et les reins. Le patient atteint de lupus risque de voir la fonctionnalité de certains organes compromise, ainsi que la qualité de vie. Dans certains cas plus graves, même la survie même du patient est mise en danger ». C’est ce qu’a rappelé Luca Iaccarino, professeur agrégé de rhumatologie à l’Université de Padoue, en marge du Congrès Eular (Congrès européen de rhumatologie) 2023, qui se déroule au MiCo de Milan du 31 mai au 3 juin, faisant le point sur la traitements pour Les .

La thérapie qui s’est avérée avantageuse en termes de pourcentage de patients qui obtiennent une réponse et dans le meilleur des cas une rémission est celle à base de médicaments biologiques, comme le belimumab, utilisé chez les patients atteints de lupus depuis une dizaine d’années : « Dans certains sujets, la thérapie avec des médicaments biologiques, tels que le belimumab – a expliqué Iaccarino – a garanti la réduction de l’accumulation de dommages, c’est-à-dire l’altération de la fonctionnalité des organes, des articulations et des reins. Les aspects dermatologiques, tels que les cicatrices cutanées, bénéficient également d’une thérapie avec des médicaments biologiques. Ces médicaments ont certainement contribué à améliorer la qualité de vie de ces patients ».

Lire aussi:  Hématologues, "les immunothérapies augmentent la survie, Car-T étonnant"

L’efficacité de la thérapie par des médicaments biologiques dans la réduction des dommages aux organes est démontrée par les résultats de l’étude italienne ‘BeRLiSS : belimumab in real life setting study’, coordonnée par le centre de Padoue et qui a impliqué près de 500 patients atteints de lupus érythémateux systémique, traités par belimumab et suivi par 24 centres spécialisés présents dans tout le pays : « Cette étude a non seulement confirmé les données que nous avions pu voir dans des essais contrôlés randomisés – a conclu le professeur – mais elle a également démontré la capacité de ce médicament à réduire les exacerbations de la la maladie et l’accumulation des dommages chez ces patients ».