in

Les maladies cardiaques sont la première cause de mortalité, mais 45 % des jeunes ne croient pas à la prévention

(Adnkronos) – La pandémie de Covid a fait chuter la perception des jeunes sur la gravité des maladies cardiovasculaires, sapant également la confiance dans la prévention vitale. Bien que ces pathologies continuent de représenter la première cause de décès, responsables de 44 % du total des décès en Italie, avec une prévalence supérieure à la moyenne européenne (7 499 cas pour 100 000 habitants), près de la moitié des garçons sont convaincus que la prévention est inutile et que les comportements n’affectent pas la santé cardiovasculaire. On pense que le cancer est 4 fois plus mortel. C’est ce qui ressort d’une enquête auprès de 10 000 étudiants âgés de 12 à 19 ans, menée par l’Adolescent Laboratory Association et l’Iard Research Institute, en collaboration avec la Fondation A. De Gasperis de Milan.

On a demandé aux participants – rapporte une note – quelle était à leur avis la maladie la plus répandue et laquelle était la plus grave, parmi celles qui entraînent une plus grande mortalité, notamment les tumeurs, les maladies cardiovasculaires, le diabète et le Covid-19. Les résultats de la recherche – relancés et accueillis avec inquiétude par les experts de la Fondation ‘Il cuore siamo noi’, à l’occasion de la journée consacrée à la lutte contre les facteurs de risque évitables – montrent que de 2019 à aujourd’hui le pourcentage de jeunes qui ne croient pas qu’il existe des comportements appropriés pour prévenir les maladies cardiovasculaires est passé de 30 % à plus de 45 %. La perception de la gravité des pathologies cardiaques a également été divisée par deux, passant de 30 % à 16 %.

Lire aussi:  La polycythémie vraie, en Sicile un premier exemple d'approche multidisciplinaire

« Covid et la situation complexe dans laquelle les jeunes se sont retrouvés ces dernières années ont réduit la confiance des jeunes dans la prévention cardiovasculaire – explique Francesco Barillà, président de la Fondation Le cœur, c’est nous, professeur agrégé de cardiologie et directeur de l’École spécialisation dans les maladies du système cardiovasculaire à l’Université Tor Vergata de Rome – et aussi la perception de la propagation et de la gravité des maladies cardiaques, les incitant à baisser la garde, également parce que l’urgence sanitaire a conduit à la suspension des campagnes de prévention cardiovasculaire . Tout cela a conduit à un excès alimentaire compensatoire, à une plus grande sédentarité, à une consommation accrue d’alcool et de tabac : autant d’éléments qui mettent en danger la santé cardiaque, alors qu’une grande partie des maladies cardiovasculaires peuvent être prévenues en suivant les bonnes habitudes de vie qu’il convient de pratiquer depuis l’adolescence.

Les données les plus alarmantes sur la dégradation des modes de vie, notamment pour les plus jeunes – soulignent les experts – concernent avant tout le tabagisme. Selon les données de l’Institut supérieur de la santé, 37,5 % des garçons âgés de 14 à 17 ans ont déjà eu un contact avec le tabac. Les mauvaises habitudes liées à l’alimentation et à l’activité physique sont encore plus inquiétantes. Une étude de l’Organisation mondiale de la santé montre que 88 % des jeunes Italiens âgés de 11 à 17 ans n’atteignent pas les niveaux d’activité physique recommandés, et moins de 10 % atteignent une heure par jour. Trois sur 10 ne prennent pas de petit-déjeuner, avec une consommation excessive de snacks, de boissons gazeuses et sucrées, et très peu consomment des portions adéquates de fruits (17%) et de légumes (13%).

Lire aussi:  Soins de santé, Cittadinanzattiva : "Pnrr et pénurie de personnel, assistance territoriale à risque"

« Tous ces comportements n’exposent les enfants à des risques cardiovasculaires très graves qu’une fois devenus adultes – prévient Pasquale Perrone Filardi, président de la Sic (Société italienne de cardiologie), professeur titulaire de cardiologie et directeur de l’École de spécialisation en maladies des maladies cardiovasculaires à l’Université de Naples Federico II – Mais c’est à partir de modes de vie corrects, trop souvent sous-estimés notamment par les jeunes, que cette tendance peut s’inverser, étant donné que les maladies cardiovasculaires restent la première cause de décès et l’une des premières causes d’hospitalisation dans notre pays ».

« Il est donc nécessaire de sensibiliser aux bonnes habitudes de vie à tous les âges. Et c’est précisément la promotion et la sensibilisation à l’importance de la prévention des maladies cardiaques, comme l’arme la plus efficace pour les combattre – conclut le spécialiste – la mission que notre Fondation se propose de poursuivre pour protéger la santé publique ».