in

Inondation en Emilie-Romagne, « risque sanitaire élevé : évacuer les habitants »

(Adnkronos) – « Il y a eu » en Émilie-Romagne après l’inondation « une sous-estimation globale du risque sanitaire, dans le sens où il y a déjà une semaine, j’avais mis en garde contre le danger d’un mélange entre les eaux usées et les eaux usées, les carcasses de morts les animaux et l’eau de pluie ». Alors à Adnkronos Salute Matteo Bassetti, directeur des maladies infectieuses de l’hôpital San Martino de Gênes.

« Il n’y a plus de frontière entre ce qui est des eaux usées et le reste, donc il y a contamination et risque d’infection. Honnêtement, d’un point de vue médical, je pense que les habitants de certaines zones ont dû être évacués, comme cela arrive lors d’un tremblement de terre. Le risque sanitaire est désormais élevé, il y a eu les premiers signalements d’hospitalisations pour gastro-entérite et il y en aura bien d’autres. Vous ne devez pas avoir de contact avec l’eau, même si vous portez des bottes ou des gants, elle est contaminée. Ce n’est pas une urgence mais il y a un risque d’épidémies », a souligné l’expert.

« Qu’y a-t-il à faire? Les maladies infectieuses ne sont pas toutes évitables avec le vaccin, c’est bien de booster le tétanos et aussi l’anti-hépatite A, on peut penser à faire de la typhoïde, mais – prévient-il – il y a ensuite une série d’autres maladies infectieuses qui se transmettent par voie fécale- voie orale sur laquelle on ne peut pas faire grand chose : Escherichia Coli, Shigellose. Ou encore celles transmises par les animaux comme la leptospirose ou la giardiase. Tu dois être très prudent. » prévient l’infectiologue.

Lire aussi:  Association de patients, "une vie normale avec Seu est impossible sans médicament"

Ne buvez que de l’eau potable et salubre, jetez les aliments ou les boissons potentiellement contaminés, protégez-vous avec des bottes et des chaussures solides, utilisez des répulsifs et ne laissez pas les parties du corps exposées aux piqûres de moustiques, éloignez les enfants de l’eau stagnante. Ce sont quelques-unes des indications des autorités sanitaires à suivre dans les zones inondées. Celles-ci sont répertoriées par l’Institut supérieur de la santé (ISS) dans une note du Groupe d’experts pour la prévention des maladies infectieuses.

Le document souligne comment dans les zones touchées par les inondations comme l’Émilie-Romagne, le risque de certaines infections dues à la présence d’eau stagnante peut augmenter. « Les risques éventuels connus de la littérature scientifique et des expériences antérieures concernent principalement les infections gastro-intestinales, la légionellose et les arbovirus comme l’infection par le virus West Nile », énumèrent les experts. Dans les zones où les réseaux d’égouts sont endommagés, comme le rappelle également une évaluation des risques de l’ECDC (Centre européen de prévention et de contrôle des maladies), publiée à l’occasion des inondations de 2021 en Europe centrale, « le risque de transmission indirecte augmente ou dirigée par plusieurs agents pathogènes gastro-intestinaux, d’E. coli à l’hépatite A ».

Comment réduire ces risques ? « La recommandation – écrivent les experts dans la note également publiée en ligne sur le site de l’ISS – est de ne boire que de l’eau potable en suivant attentivement les indications fournies par les autorités sanitaires régionales sur la potabilité de l’eau du robinet, et de manger des aliments qui n’ont pas été consommés. » été en contact avec des eaux de crue ou des boues, ou avec des surfaces qui auraient pu être en contact avec elles. En cas de doute, jetez les aliments ou les boissons potentiellement contaminés. » En outre, la note indique que « le contact avec l’eau stagnante doit être évité autant que possible, par exemple en portant des bottes ou des chaussures solides ». Une attention particulière doit être portée aux enfants pour qui le contact avec l’eau peut être perçu comme un jeu, soulignent les auteurs du document. « Lavez-vous les mains à l’eau et au savon et évitez de vous toucher les yeux et la bouche avec des mains boueuses qui restent toujours ».

Lire aussi:  Polypose nasale, De Corso (Polyclinique Gemelli) : "Des résultats très encourageants du mépolizumab chez les patients graves"

L’ISS explique que, même si « aucune situation particulière à risque sanitaire n’a été signalée pour le moment », certains comportements doivent être évités. Le document passe en revue tous les différents risques indiqués par les données scientifiques pour des situations similaires à celles des zones touchées par les intempéries de ces derniers jours et par la grave inondation. En ce qui concerne la légionellose, soulignent les experts, « certaines études ont montré que des précipitations plus abondantes peuvent être associées à un risque plus important. Lorsque les précipitations sont aggravées par des inondations, la probabilité de transfert de Legionella du milieu naturel (rivières et lacs) vers les canalisations domestiques augmente. Il est donc important, en cas de pneumonie, de réaliser également des tests diagnostiques spécifiques » pour cette bactérie.