in

Infectiologues, ‘en Emilia R. pas d’alarme pour le risque épidémique mais surveillez’

(Adnkronos) – « La situation sanitaire actuelle dans les zones touchées par l’inondation » doit être surveillée de manière continue et constante, selon une démarche déjà entamée grâce à l’action de la Protection Civile ». Mais « le concept important à souligner est qu’à l’heure actuelle il n’y a absolument aucune alarme qui puisse prédire l’apparition d’épidémies. La situation devra être surveillée attentivement, mais il ne faut pas qu’il y ait d’alarmisme ». C’est ce qu’a déclaré Claudio Mastroianni, président de Simit, la Société italienne des maladies infectieuses et tropicales. « Il n’y a pas d’urgence sanitaire en Émilie-Romagne », rassurent les infectiologues, qui recommandent la vaccination antitétanique et vous invitent à suivre les conseils déjà diffusés par la Romagna Ausl.

« Dans les zones inondées, il n’y a pas de conditions pour parler d’urgence sanitaire – déclare Pierluigi Viale, professeur titulaire de maladies infectieuses à l’Université de Bologne – Un risque possible est représenté par le tétanos, pour lequel la vaccination est recommandée, en particulier pour les volontaires qui mettent leur les mains dans la boue. Pour faciliter la prévention, de nouvelles doses de vaccin contre le tétanos seront mises à la disposition des autorités sanitaires locales d’Émilie-Romagne. Cependant, il n’y a pas d’autres indications sur le risque de maladies gastro-intestinales ».

« On peut ajouter que la région du delta du Pô, donc les régions du nord de la Romagne, ont été des zones d’endémie pour les arthropodes, qui sont des vecteurs d’infections tropicales comme le Chikungunya et le West Nyle », rappelle Viale. Dès lors « il est possible que les eaux usées actuellement stagnantes créent un microsystème favorable à ces insectes. Cependant, il n’existe pas de vaccinations pour ces infections – précise l’expert -, nous pouvons donc nous limiter à alerter les structures de santé publique pour surveiller tout symptôme suspect ».

Lire aussi:  Quel est le cause de l'inflation ?

Les infectiologues de Simit relancent les conseils émis par l’Ausl de Romagne, qui doivent être « suivis pour éviter la propagation de toute infection », préviennent-ils. « Les vêtements recommandés pour les personnes impliquées dans l’enlèvement et l’élimination du matériel et de la boue » doivent comprendre « des gants et des bottes en matière imperméable, facilement lavables et désinfectables ; vêtements lavables à 60°C (alternativement salopette jetable ou salopette en matière facilement lavable et désinfectable) ; si possible, lunettes ou visière en matière lavable et désinfectable ».

Quant aux règles de conduite, il faut « éviter tout contact avec les eaux de crue pour ne pas être contaminé par des eaux ou des sols pollués. Lorsque cela est inévitable, les conseils suivants doivent être suivis : portez des bottes ou des chaussures solides pour vous protéger ; porter des gants lorsqu’un contact avec la boue/l’eau de crue est prévu et bien se laver les mains avec du savon et de l’eau courante ; éviter de se toucher le visage, la bouche et les yeux avec des mains sales. Lavez-vous toujours les mains après tout contact avec l’eau et le sol, y compris les animaux mouillés. Protégez toute blessure, écorchure, coupure avec des pansements imperméables. Empêcher les enfants de jouer dans la boue ou dans l’eau inondée ; si cela se produit, changez immédiatement de vêtements et donnez aux enfants une douche avec du savon et de l’eau courante ».

« Pour la gestion des déchets – poursuivent les infectiologues de Simit, rappelant les conseils d’Ausl Romagna – portez des gants et lavez-vous bien les mains avec du savon et de l’eau courante à la fin. Faites attention au type de déchets/matériaux manipulés, en particulier s’il s’agit de produits chimiques ou de produits contenant des substances toxiques/dangereuses, des matériaux et substances inconnus. Pour l’élimination des déchets encombrants, suivez les instructions fournies par Hera. Ne pas obstruer les rues devant les maisons avec des déchets qui pourraient gêner le bon passage des véhicules d’urgence et l’évacuation des débris ».

Lire aussi:  Services de santé et inégalités, l'étude

Enfin, « les recommandations de nettoyage et de désinfection invitent à nettoyer les surfaces dures comme les murs et les sols avec de l’eau chaude et des détergents. Si les surfaces sont rugueuses, frotter avec une brosse dure en veillant à protéger les voies respiratoires de la poussière. Si les choses ont été mouillées pendant plus de deux jours, vous devriez emporter tout ce que vous pouvez à l’extérieur pour sécher. Les matériaux et les débris contaminés ou moisis qui ont été contaminés par des eaux usées, de l’eau ou de la boue doivent être enlevés, ainsi que tout ce qui est fait de cellulose, de bois ou de fibres naturelles, qui peuvent absorber l’eau et les eaux usées, car ils peuvent devenir des terrains fertiles pour les moisissures dangereuses pour santé, même si elle n’est pas visible. Les vêtements contaminés par la boue et les eaux usées doivent être lavés à l’eau chaude. »