in

Gandolfi (Sigla), « des thérapies comme des costumes sur mesure pour les patients atteints de glaucome »

(Adnkronos) – « Nous disposons aujourd’hui de quatre grandes familles de médicaments pour la prise en charge du glaucome (auxquelles viennent s’ajouter 2 autres) avec lesquelles nous pouvons créer un schéma thérapeutique personnalisé adapté au patient comme un véritable ‘costume sur mesure’. En effet, en plus des collyres, nous avons des neuroprotecteurs, des médicaments qui agissent directement sur la biologie du nerf optique, auxquels s’ajoutent deux options au profil à faible risque, comme le laser avec trabéculoplastie sélective (appelée Slt), une autorisé comme premier choix thérapeutique, qui ne nécessite pas l’utilisation immédiate de collyre, et la chirurgie mini-invasive (Migs). Les deux options abaissent la pression dans l’œil qui augmente dans le glaucome, endommageant le nerf optique et causant des dommages irréversibles aux fibres nerveuses ». Ainsi Stefano Gandolfi, directeur de la clinique d’ophtalmologie de l’Université de Parme et président de Sigla, la Société italienne du glaucome, s’est adressé à Adnkronos Salute à la veille du XIXe congrès national, prévu à Turin du 15 au 17 juin.

Le glaucome touche « 2 Italiens sur 100 après l’âge de 40 ans – explique Gandolfi – mais au fil des années, le pourcentage augmente, après 70 ans, il est de 5 sur 100. Ainsi, le nombre de personnes qui, par exemple, peuvent ne plus conduire augmente parce qu’ils commencent à perdre la vision d’un œil et ont une vision altérée de l’autre. Ces patients ne sont plus indépendants. Par conséquent, d’un point de vue social, la maladie a un impact dévastateur sur les septuagénaires d’aujourd’hui qui sont un pilier fondamental de notre bien-être familial ».

Lire aussi:  La fécondation assistée, c'est pourquoi elle peut échouer

Silencieux et démocratique, le glaucome « ​​touche les hommes et les femmes de manière égale et égale » poursuit l’expert qui ajoute : « c’est une maladie qui fait peur, mais pas au point d’être mise au ‘radar’ par les institutions. Ce n’est pas un hasard si le glaucome, comme presque toutes les maladies oculaires, est depuis longtemps la « Cendrillon » du National Health Service. D’où le travail et l’engagement de Sigla, en coopération avec l’Agence internationale pour la prévention de la cécité (Iapb) et avec l’Union italienne des aveugles et des malvoyants, pour faire entendre la voix de ceux qui se trouvent en fait avec un handicap grave pour cause de maladie ».

Les médicaments contre le glaucome « ​​ont un impact majeur sur la qualité de vie des patients. Heureusement, la prise en charge de la maladie évolue en faveur des personnes concernées ». Comme première étape, il y a le « laser, une technique récemment dédouanée comme premier choix thérapeutique, qui ne nécessite pas l’utilisation de collyres – a fait remarquer Gandolfi – Pour abaisser la pression oculaire, cependant, la chirurgie mini-invasive représente le moyen le plus efficace de ne pas passer immédiatement aux médicaments. Ensuite, il y a une troisième étape, avec les médicaments ». En plus des collyres, « nous avons des neuroprotecteurs disponibles qui agissent directement sur la biologie du nerf optique, et des médicaments qui renforcent réellement le nerf optique, le rendant moins vulnérable », conclut-il.