in

Été : guide des aliments anti-chaleur, expert « le secret est dans la biochimie »

(Adnkronos) – La chaleur a explosé et avec les températures élevées, il devient également difficile de choisir quoi manger ou de faire les courses. Parmi celles qui disent avoir moins d’appétit, celles qui décident de sauter des repas et celles qui renoncent à penser à leur silhouette immédiatement après l’essayage du maillot. Mais vous pouvez partir déjà préparé, comme l’explique Paolo Bianchini, consultant en nutrition et nutraceutique et auteur de la méthode homonyme. « Exploiter la biochimie des aliments, c’est pouvoir manger librement, en faisant toutefois attention aux combinaisons et aux quelques interdits », observe Bianchini, qui prévient : « En raison de l’action immuno-équilibrante de nombreuses boissons, lait, alcool, sodas, jus, jus de fruits fraîchement pressés, café d’orge et ginseng. Une interdiction qui s’applique également aux composés ajoutés comme le sel, le sucre et le vinaigre. Aucune restriction – observe-t-il – sur les condiments et sur le choix de la cuisson et il n’y a qu’une préférence pour certaines protéines, des saucisses et des fruits frais ».

L’été est la saison que nous attendons pour pouvoir choisir parmi de nombreuses variétés de fruits et légumes. « Mieux vaut préférer les légumes à feuilles vertes crus ou peu cuits et non les fruits fruités comme les tomates, les aubergines et les poivrons. Ces aliments définis comme des solanacées sont riches en sucres solubles, augmentent le risque d’inflammation et ne sont certainement pas aussi rafraîchissants qu’on le pense – poursuit l’expert -. De plus, ne dépassez jamais avec des fruits et ne les mangez jamais seuls mais toujours accompagnés d’une protéine (par exemple du parmesan ou des tranches) ».

Lire aussi:  L'allergologue, puces de mer très gênantes mais peu de risques

Au lieu de cela, la nutritionniste met en garde contre les ‘smooties’, très prisés en été : « Des spiritueux et des smoothies très à la mode, au point que pour certains ils deviennent de véritables substituts de repas : ces boissons privent l’organisme de nutriments essentiels, comme le protéines et graisses. De plus – précise Bianchini – le fruit pris sous forme de smoothie perd sa part de fibres et, en libérant le fructose, il devient encore plus sucré au détriment de notre forme physique ».

Contre la chaleur et les risques de déshydratation, l’expert propose « une astuce » pour anticiper l’envie de boire. « Il existe une croyance répandue selon laquelle il est nécessaire de boire de grandes quantités d’eau chaque jour. Je crois plutôt qu’il est correct d’avoir comme bonne règle d’anticiper la stimulation de la soif et de boire au moins 1,5 litre par jour, sans se forcer en quantités nécessairement plus importantes. Je trouve important de reconstituer les électrolytes dispersés par la transpiration – poursuit Bianchini – grâce à une bonne hydratation hydro-saline en présence de températures élevées (supérieures à 28 degrés) ou d’une forte humidité. Une perte de liquides due à la transpiration déjà de l’ordre de 2 à 3 % est suffisante pour réduire les performances physiques et parfois même cognitives. Des fuites supérieures à 3 % peuvent provoquer un affaissement ou un coup de chaleur. Je suggère d’ajouter le jus de 2 citrons et 5 grammes de gros sel à environ 1 litre d’eau ».

Selon la méthode ‘Bianchini’, « transpirer ne rime pas avec maigrir ». « Il est juste de dissiper le mythe selon lequel la transpiration due à la chaleur et à une activité sportive intense peut produire une plus grande perte de poids – explique-t-il – en accélérant le métabolisme. D’après mon expérience, la condition optimale pour ce type d’objectif est le meilleur contrôle hormonal au niveau biochimique de notre corps, qui est obtenu grâce à un apport équilibré de certains nutriments. Cela ne veut pas dire que l’activité motrice n’est pas indiquée, car les innombrables bienfaits sont connus, mais dans certaines conditions et même à certains âges, il est également bon de se prémunir contre la surcharge cardiovasculaire due aux efforts excessifs, qui pourraient être obtenus exclusivement par une voie alimentaire. correct ».

Lire aussi:  20e Congrès Soi, Piovella "notre ambition est d'atteindre tout le monde"

Et encore : la solution pour « se remonter le moral » n’est pas toujours celle d’un complément, d’un sachet de sucre ou d’une banane. « Les suppléments à base de potassium et de magnésium, les boissons reminéralisantes pour les sportifs, ou encore l’utilisation de bananes pour combler ces déficits éliminés avec la transpiration (gros faux mythe) sont très à la mode. Il existe des aliments très riches en potassium et en magnésium (amandes, persil par exemple), qui n’ont pas l’effet « collatéral » de la banane d’augmenter significativement la glycémie et par conséquent l’insuline », rappelle Bianchini. Enfin, les salades de pâtes ou de riz, très présentes sur les tables d’été : mieux mangées avec des petites astuces. « Les pâtes ou le riz froid ne sont pas des aliments qui favorisent notre bien-être en raison du pic d’insuline qu’ils génèrent et qui nous donnent cette sensation de somnolence post-prandiale. Mieux vaut choisir de la viande, du poisson ou des œufs avec des légumes abondants. Cependant, si vous ne pouvez pas vous passer de ces glucides, n’oubliez pas d’équilibrer les céréales ou les pâtes avec du thon, du jambon cuit, des œufs, des saucisses de Francfort, des dés de speck et quelques matières grasses comme les olives, l’avocat, le fromage vieilli ».