in

Été, appel pédiatre : ‘pas de devoirs, vacances, temps libre c’est autant que livres’

(Adnkronos) – Derniers jours d’école pour les étudiants italiens. Des millions d’enfants, à l’exception de ceux qui doivent encore faire face à l’épreuve des examens, commenceront les vacances d’été à partir de la semaine prochaine. Mais ne pas rester assis parmi les bureaux pendant quelques mois pour beaucoup d’entre eux peut ne pas être l’équivalent d’une déconnexion totale des livres. Car, ponctuels comme chaque année, les devoirs pour les vacances approchent à grands pas, un prolongement de l’activité d’étude qui les portera jusqu’à la rentrée prochaine. Et ponctuellement le dilemme se pose aussi : est-il juste ou non de donner des livres à remplir et des livraisons à faire pendant l’été ? Pour le pédiatre Italo Farnetani, la réponse est « non, sans l’ombre d’un doute ». Son message est le suivant : le temps libre est aussi utile que les livres.

L’expert en a fait une véritable « croisade » : « Cela fait vingt ans que je me bats pour les devoirs des vacances. Ils sont inutiles et nuisibles », explique-t-il à Adnkronos Salute. « Je dois dire qu’il y a eu des progrès parce qu’il y a eu un débat considérable à ce sujet et au fil des ans, beaucoup ont pris des positions moins favorables aux études d’été. Par exemple, je me souviens du message lancé en 2013 par la ministre de l’Éducation de l’époque, Maria Chiara Carrozza », qui proposait moins de devoirs pour les vacances et plus de lectures et de visites dans les villes d’art.

Farnetani, professeur titulaire de pédiatrie au Ludes-United Campus de l’Université de Malte, se penche sur « les raisons valables » d’interdire les devoirs pendant les vacances. « Tout d’abord, il convient de préciser qu’une longue période d’interruption de l’activité normale n’est pas dictée par le fait que les enseignants ont besoin de ‘longues vacances’, mais c’était un moyen de s’assurer que les élèves, c’est-à-dire les enfants et les adolescents, pouvaient compter sur une période de repos utile non seulement pour casser le stress de l’apprentissage (activité qui demande un effort considérable du point de vue du raisonnement), mais aussi pour mieux connaître l’environnement extérieur. En effet, durant l’année scolaire, les engagements posés par l’éducation laissent peu de place au temps d’arrêt. Une période de temps libre en été permet d’explorer davantage l’environnement, de le connaître – et donc d’apprendre de nouvelles choses – et aussi de se consacrer à des activités parascolaires ».

Lire aussi:  Andreoni (Simit), "l'anti-VRS était attendu, le virus provoque une pneumonie même chez les adultes"

Autre point souligné par Farnetani : « Certains enseignants soutiennent qu’une interruption de quelques mois peut faire oublier aux gens ce qu’ils ont appris. Mais – objecte le pédiatre – les notions scolaires s’acquièrent par le mécanisme de la « mémoire à long terme » et le nom indique déjà la durée des notions perdues. Entre autres choses, les ‘leçons’ apprises dans l’enfance et l’adolescence sont les plus durables, elles restent pour la vie ». Il y a aussi un facteur économique qui joue contre les devoirs pour les vacances, souligne l’expert. « Nous vous rappelons que l’achat de carnets de vacances est un engagement considérable pour les familles et, surtout en cette période d’augmentation vertigineuse de toutes les charges, avec de nombreux ménages modestes en difficulté, il n’est pas vraiment question de facturer d’autres dépenses ».

Enfin, il y a un problème de mauvaise approche des devoirs de vacances. « Dans la majorité des cas – prévient-il – elles sont réalisées immédiatement, dès la fin de l’école pour les archiver au plus tard en juin, donc parents et élèves ont ‘pris la tête’. Ou, à l’autre extrême, il y a ceux qui continuent à en fabriquer tout l’été, les emportant avec eux même en vacances et les exécutant à contrecœur. Une manière, cette dernière, qui risque d’être néfaste car elle s’habitue à un manque de concentration et d’incisivité de la performance. Alors au lieu de se consacrer aux devoirs pour les vacances – conclut le pédiatre – je conseille aux parents de faire suivre à leurs enfants des cours de natation, éventuellement sur la plage, pour ceux qui vont à la mer, avec du personnel autorisé. Et en général, ma suggestion est la suivante : faites en sorte que vos enfants fassent le plus d’activité physique possible, même simplement en les emmenant à vélo. En été, c’est le meilleur choix pour lutter contre la sédentarité, qui provoque le surpoids, l’obésité et les maladies métaboliques ».

Lire aussi:  Un nanocapteur pour améliorer le diagnostic du cancer de la thyroïde, étude Cnr