in

Environmental Medicine Society, « l’attaque contre le vin n’a rien de scientifique »

(Adnkronos) – « L’attaque contre le vin italien, à laquelle nous assistons, n’a rien de scientifique, et cela est confirmé par les chiffres officiels des instituts de recherche ». C’est le commentaire de la Société italienne de médecine environnementale (Sima) sur la loi votée en Irlande qui, allant droit au but, prévoit l’étiquetage de l’alcool avec des avertissements sanitaires. « On ne sait pas pourquoi on se focalise sur les risques liés à la consommation de vin en cachant hypocritement des particules fines (Pm10, Pm2,5…) sous le tapis, responsables selon l’AEE de plus de 400 000 décès prématurés chaque année en Europe », souligne le président du Sima, Alessandro Miani.

« Cela ne veut pas dire vouloir sous-estimer – précise-t-il – le problème de l’alcool, auquel il faut s’attaquer non pas tant en s’attaquant à la production viticole italienne, qu’en opposant, par exemple, l’abus d’alcool et de spiritueux chez les plus jeunes. Ce qu’il faut, le cas échéant, c’est une véritable campagne contre l’abus d’alcool chez les jeunes – remarque Miani – en rappelant que la première cause de décès de nos enfants entre 14 et 24 ans n’est pas le cancer, mais les accidents de la route liés à l’alcool » .

Lire aussi:  Jeûne intermittent, ce que dit la nutritionniste