in

Du petit-déjeuner salé au petit-déjeuner protéiné, 5 faux mythes à dissiper

(Adnkronos) – Neuf Italiens sur 10, selon l’Observatoire « Je commence bien », prennent régulièrement leur petit-déjeuner tous les matins. Cependant, tout le monde n’a pas d’idées claires sur le premier repas de la journée. En fait, même au petit-déjeuner, les fausses nouvelles et les fausses croyances ne manquent pas. Pour réfuter 5 faux mythes sur le repas du matin, Elisabetta Bernardi, communicatrice scientifique et nutritionniste de l’Université de Bari, a récemment pris la parole lors du congrès national XLIII de Sinu (Société italienne de nutrition humaine).

Le petit déjeuner n’est pas important : faux ! Le petit-déjeuner en anglais s’appelle ‘breakfast’, littéralement « rompre le jeûne ». Si la plupart des gens le considèrent comme le repas le plus important de la journée, selon l’Observatoire « Je commence bien », ce n’est pas le cas des très jeunes : entre 15 et 24 ans, 18 % sautent le petit-déjeuner. « Ce n’est pas vrai que le petit-déjeuner n’est pas important, bien au contraire – souligne Bernardi – plusieurs études ont montré que sauter le premier repas de la journée peut entraîner divers problèmes : cela augmente le risque de mortalité par maladies circulatoires et le risque de type 2 diabète De plus, une vaste étude prospective menée aux États-Unis auprès de professionnels de la santé d’âge moyen et plus âgés a révélé que le fait de sauter le petit-déjeuner augmentait le risque de maladie coronarienne. Prendre un petit-déjeuner régulièrement est la première étape pour contribuer à une bonne santé, à tout âge ».

Est-ce que sauter le petit-déjeuner fait maigrir ? Non! Les nutritionnistes le disent toujours : pour une hygiène de vie correcte et saine, il est important de manger 5 repas par jour, petit déjeuner compris. Mais la science a aussi son mot à dire sur le sujet : aucune étude ne démontre une perte de poids chez ceux qui déjeunent par rapport à ceux qui ne le font pas. En effet, des études prospectives avec un grand nombre de participants suivis dans le temps soutiennent l’association entre le petit-déjeuner et un risque moindre d’obésité et de prise de poids. De plus, les données d’études observationnelles suggèrent que la consommation régulière d’un petit-déjeuner reflète un mode de vie sain.

Lire aussi:  Rezza, "essentiel pour protéger les patients contre le zona, la grippe et le pneumocoque"

Un petit déjeuner protéiné est-il plus sain ? Non! 61% des Italiens pensent qu’un petit-déjeuner protéiné est plus sain, mais c’est un faux mythe. Le conseil des experts, valable pour tous les repas, est qu’il soit le plus complet possible et qu’il apporte tous les nutriments (glucides, protéines, lipides, eau, fibres, sels minéraux et vitamines). « Un apport plus élevé en protéines au petit-déjeuner ne détermine aucun bénéfice et le risque est de dépasser avec les graisses si vous apportez à table en quantité excessive, par exemple, des œufs, de la charcuterie et des saucisses – explique Bernardi – Les glucides du matin sont utilisés pour faire face au jeûne de la nuit, ils nous rendent lucides et efficaces ». Le petit-déjeuner idéal ? Selon Bernardi, « la répartition la plus correcte est de 70% de glucides, 20% de protéines et 10% de matières grasses ».

Un petit-déjeuner salé est plus sain qu’un sucré : faux ! Voici une autre idée fausse. Il n’y a aucune raison de renoncer au petit déjeuner sucré, typique de notre pays – dit l’expert – l’important est qu’il contienne tous les nutriments dont on a besoin : glucides, protéines et graisses. Traduit en menu : pain ou biscottes ou autres produits de boulangerie, céréales, muesli, biscuits ou snacks ; une tasse de lait ou un yaourt et un fruit.

Mieux vaut ne pas prendre de petit déjeuner avant de faire du sport : c’est faux ! Un doute qui assaille souvent les sportifs est de savoir s’il vaut mieux manger avant ou après l’effort. Selon les nutritionnistes, c’est une erreur de penser qu’il vaut mieux faire du sport à jeun. Depuis 2009, les principaux instituts traitant de la nutrition et de l’activité physique – American Dietetic Association, American College of Sports, Medicine and Dietitians of Canada – dans la définition des lignes directrices pour une nutrition sportive correcte (Sports Nutrition Guidelines) soulignent l’importance de manger avant une course ou l’entraînement, avec une métaphore efficace : « Une voiture de course ne démarre jamais une course sans pneus neufs et sans plein d’essence, donc ceux qui pratiquent des sports, surtout ceux qui durent longtemps, ne doivent jamais commencer un entraînement sans s’alimenter correctement ». Sinon, « la glycémie baisse et le glycogène musculaire n’est pas assez rechargé, donc les muscles pourraient subir des blessures lors d’un effort physique – commente Bernardi – Il est donc important de manger quelque chose, même si vous n’avez pas faim, au moins 30 minutes avant l’entraînement. Quelque chose de simple et de léger va bien, avec des glucides qui permettent d’accumuler de l’énergie à dépenser pendant l’exercice ».

Lire aussi:  Hématologue Venditti : "Différents éléments environnementaux provoquent le cancer du sang"