in

Création des premiers embryons humains synthétiques obtenus à partir de cellules souches

(Adnkronos) – Les premiers embryons humains synthétiques au monde ont été créés, obtenus à partir de cellules souches, en contournant le besoin d’ovules et de sperme. Cela a été annoncé par une équipe de chercheurs aux États-Unis et au Royaume-Uni. Ces structures ressemblant à des embryons en sont aux tout premiers stades du développement humain : elles n’ont pas de cœur qui bat ou de cerveau, par exemple. Mais les scientifiques disent qu’ils pourraient un jour aider à améliorer la compréhension des maladies génétiques ou des causes des fausses couches.

L’annonce est venue du Congrès de la Society for Stem Cell Research à Boston, où Magdalena Zernicka-Goetz, biologiste à CalTech et à l’Université de Cambridge, a illustré les travaux, précisant que la recherche a été acceptée par une grande revue scientifique mais n’a pas encore été publié. La nouvelle était anticipée par le journal britannique ‘The Guardian’.

Les embryons synthétiques développés en laboratoire, a expliqué Zernicka-Goetz, ont été obtenus et cultivés en programmant des cellules souches embryonnaires humaines individuelles pour qu’elles se développent en trois types de tissus distincts. Ils comprennent des cellules qui développeraient généralement un sac vitellin, un placenta et l’embryon lui-même. S’adressant à CNN, le biologiste a souligné que ces structures embryonnaires synthétiques sont également les premières à avoir des cellules germinales qui deviendront plus tard des ovules et du sperme.

« Je veux juste souligner que ce ne sont pas des embryons humains – a précisé Zernicka-Goetz – Ce sont des modèles d’embryons, mais ils sont très excitants car ils ressemblent beaucoup aux embryons humains et constituent une étape très importante pour découvrir pourquoi tant de grossesses étant donné que la plupart des grossesses échouent au cours du développement de l’embryon ».

Lire aussi:  Calvaruso (UniPa), 'bon remboursement pour le premier anti-hépatite Delta et B'

Les chercheurs espèrent que ces modèles d’embryons éclaireront la « boîte noire » du développement humain, la période après 14 jours après la fécondation, qui est la limite fixée aux scientifiques pour cultiver et étudier des embryons en laboratoire. Dans le même temps, la recherche soulève des questions éthiques et juridiques, de nombreux pays – dont les États-Unis – n’ont pas de lois régissant la création ou la transformation d’embryons synthétiques.