Truc n°753: de l’impact des vêtements

Posté dans 2012/04/20 par Shabnam

Peu réalisent l’impact de nos vêtements:

  • Chaque année, les Français « consomment » environ 700 000 tonnes de vêtements, soit environ 11 kg par habitant. Actuellement la collecte des vêtements usagés ne porte que sur environ 110 000 tonnes. (Ademe)

Autrement dit, 590 000 tonnes vont à la poubelle,

soit 84% des vêtements en fin de vie

  • Les vêtements récupérés et triés sont orientés à 40 % vers le réemploi, aussi appelé friperie (dont 30 % à l’export), à 45 % vers divers secteurs industriels (essuyage, effilochage, isolation, etc.), le solde (fibres synthétiques en mélange par exemple) étant éliminé par incinération ou enfouissement

Autrement dit, 15% des vêtements récupérés vont à la poubelle.

Alors avant de jeter vos vêtements ou même les même au tri ou les donner à une oeuvre de charité, pensez aux “trucs suivants”:

  1. Donnez les directement à une personne qui en a besoin.
  2. Echangez: organisez une soirée troc (Truc n°239)
  3. Réparez: comment réparer ses pulls, par exemple
  4. Transformez le vêtement comme : KM 17.
  5. Faites vos propres serpillières, torchons (tout en gardant les boutons, les fermetures éclairs, les ficelles pour d’autres utilisations (Truc n°374)
  6. Ne déposez dans les bornes Relais que ce qui est en très bon état
  7. Et vous? que faites vous.

Pour aller plus loin (Source: Ademe)

Les flux générés

  • Le flux de déchets textiles (vêtements et linge) généré par les ménages en France est estimé proche du flux consommé : 600 kt/an environ.
  • Le flux des déchets textiles des entreprises n’est pas connu dans sa globalité.
  • Pour les seules entreprises des secteurs maille, ennoblissement, filature, tissage et peignage, le flux est estimé à 65 kt/an en France.

Les flux récupérés

  • Selon l’observatoire statistique de FEDEREC, le tonnage total de textiles usagés collectés en France a été de 300 000 tonnes en 2003. Cette récupération est assurée par 100 entreprises avec un chiffres d’affaire total de 198 Millions d’euros. Le volume collecté a augmenté de 20% en 5 ans.
  • Sur ces 300 kt, 279 kt ont été vendus et 18 kt mis en décharge. 50 kt ont été exportés.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

6 comments on “Truc n°753: de l’impact des vêtements

  1. Mon armoire est plein à craquer de vêtements. Cela fait des années que j’amasse, principalement j’achète en braderie, friperies etcc ou j’échange.
    Ceux que je ne mets plus et qui sont encore en bon état, je les revends ou les échange. Ceux que je n’arrive pas à vendre je les donne sur des sites de dons ou je mets directement au Relais. Les invendables démodés ou tachés, j’essaye d’en faire d’autres choses (comme on peut le voir sur mon blog), ce qui est vraiment irrécupérable je le découpe en petits morceaux et ça me sert de bourrage pour des coussins ou des peluches. Il n’y a que pour les chaussures en mauvais état que je ne sais qu’en faire et qui finissent par aller à la poubelle après récupération des lacets ou autre babioles décoratives.

  2. Marrant, je voulais mettre ce premier chiffre dans mon blog, justement – et le ferai sans doute un jour d’ailleurs. Il m’avait effarée comme toi : aujourd’hui encore, je vois souvent des vêtements qui dépassent des poubelles et suis ulcérée de penser que leurs propriétaires n’ont même pas songé à faire 20m de plus pour les déposer dans la benne du Relais, très fréquentes à Paris… 🙁

    (http://www.lerelais.org/oudonner.php)

    Moi j’en fais des essuie-tout, des lingettes lavables, des bavoirs, des serviettes, de nouveaux vêtements parfois (quand j’ai le temps), des mouchoirs, des plaids en patchworks et bien d’autre choses encore… Mais la benne Emmaüs, c’est quand même ce qu’il y a de plus pratique, car on ne peut hélas tout recycler soi-même, il y a toujours trop, surtout avec les enfants – et puis quand c’est en bon état, il vaut mieux que ça serve à quelqu’un que d’être transformé en essuie-tout…

    Une question qui me turlupine, c’est pourquoi ne pas mettre les vêtements (un peu) tachés, alors que les bonnes fibres peuvent être effilochées pour faire du métis ou des laines recyclées ? Je comprends toujours mal pourquoi ce serait rédhibitoire…

  3. steph on said:

    Chez nous les pantalons des enfants, déchirés aux genoux, deviennent des shorts. Je transforme aussi les pulls dont le bout des manches est taché en t-shirt.

    Ca m’énerve qu’au troc on ne puisse pas trouver des habits un peu tachés, de toute façon la première fois que mes enfants les mettent, ils le sont définitivement…

  4. Pingback: Revue de presse du 5 mai 2012 | M.M Blog – Materner avec un grand Aime

  5. Bonjour,

    Nous jetons en moyenne 390 kilos de déchets par an et par habitant !

    Donner permet de réduire ces quantités de manière significative. De plus cela permet la création d’emplois locaux dans le domaine de l’économie sociale et solidaire.

    Mais qui peut récupérer mes lunettes, mon ordinateur ou mon électroménager ?

    Le site Deuxième Vie (http://www.deuxieme-vie.org) référence sur une carte, les structures situées de Nantes Métropole à Saint-Nazaire, soit plus de 50 lieux !

    Afin d’avoir une démarche globale, ce site est couplé avec un site de don (http://www.giveet.org). Sur celui-ci, on peut aussi bien donner des objets pour les particuliers, que donner des déchets d’entreprises, réutilisables comme matières premières par d’autres entreprises !

    Dans le respect de l’adage « Penser global, agir local », giveet est traduit dans une dizaine de langues, pour pouvoir être potentiellement utilisable dans de nombreux pays, en plus d’être gratuit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

100890Commentaires spam bloqué jusqu'à présent parSpam Free Wordpress

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>